• dianestreichen

Elevage et géobiologie, quand les animaux racontent les nuisances du lieu

Voici un article spécifique sur l’influence de notre environnement sur les élevages bovin ovins, caprins. Les éleveurs sont de plus en plus confrontés à des comportements et des pathologies difficiles à en identifier la cause malgré un travail approfondi avec les vétérinaires et toutes les personnes prodiguant leur attention au bien-être animal (soins, rations, minéraux …).



Il reste une influence majeure : l’environnement de l’animal qui ne se réduit pas à un toit. En effet, cet animal à quatre pattes est extrêmement sensible à toutes modifications de son environnement : les anomalies du sous-sol, les courants vagabonds, les courants électriques sous toutes ces formes, l’information véhiculée par l’eau ou les failles.

Là où les anciens géobiologues intervenaient essentiellement pour des problèmes de veine d’eau, de faille et de mémoire, les géobiologues d’aujourd’hui ont dû rajouter la dimension électrique et son interrelation avec son environnement et le bien-être animal.


Les animaux n’ont pas de chaussures, ni de manteau. Ils vivent en connexion directe avec le sol et l’air. Ils captent tout sans filtre. Leur comportement ou pathologie racontent ce mal être (bousage, refus, cannibalisme, lapage, faible abreuvement, cellules, mammites...).

Là où nos anciens prenaient le temps d’observer le sol, le vent, les courants d’eau et les lignes électriques (quoique peu présent) jusqu’à ces dernières années. L’éleveur du XXIème siècle crée un bâtiment neuf là ou les terres le permettent, là où c’est pratique avec une amélioration des conditions de travail grâce aux nouvelles technologies (racloir, ventilateur, tank à lait, tapis roulant, abreuvoir automatique ….

Dans un environnement électriquement déjà bien présent (ligne électrique aérienne ou enterrée, panneau photovoltaïque, armoire électrique erdf, nombreuses prises de terre …. Sans avoir le temps d’observer pendant une année son terrain.


Les animaux n’aiment pas ces parasitages électriques et d’autant plus si ils sont accentués par un bâtiment métallique, un ferraillage du sol, une faille ou une veine d’eau.

L’animal vous raconte son environnement !

Un bâtiment bien implanté avec le moins de nuisances électriques, ramène le bien être animal et donc celui de l’éleveur .es